Home
NOUVEAU AccueilCurriculum VitaeLe veninMorsure et traitementSoins après morsureCentres anti-poisonRépartitionÉcologieDessins-MarquesDétermination du sexeDétentionReproductionÉlevageAnatomie - MorphologieGalerieBibliographieAppendiceLivre d'orContactLiensAvertissements

deutsch english español français italiana руссий, russian


Anatomie - Morphologie

Anatomie - Morphologie

Image initiale (Startbild) – Cliquer ici
Œuf ouvert d'un heloderma suspectum mort peu avant l'éclosion




Monstre de Gila – Heloderma suspectum
Monstre de Gila – Heloderma suspectum


La peau du dos du lézard de Gila forme l'ostéoderme, une structure cuirassée formée d'écailles et de plaques osseuses (Lit. 48). Les monstres de Gila de la zone nord atteignent une longueur totale d'environ 50 cm. Nourris régulièrement, les animaux adultes peuvent atteindre un poids de 1200 g. Lors de l'éclosion, les jeunes animaux pèsent entre 30 et 40 g. Cependant, le poids des animaux en liberté est notablement inférieur. Ceux-ci disposent en effet de moins de possibilités d'accroître leurs réserves graisseuses. La queue est un des points de stockage de ces dernières. Il est notable qu'après une absorption de nourriture, celle-ci enfle notablement et reste ainsi pendant plusieurs jours. De par leur nature, les animaux de l'extrême zone sud sont plus petits et donc, par conséquent, plus légers.

LA TÊTE



LA TÊTE LA TÊTE LA TÊTE LA TÊTE
Organe des sens de la tête d'un monstre de Gila Pigmentation de la
langue d'un Heloderma suspectum
Oreille externe avec tympan d’ Heloderma suspectum. Organes de la cavité buccale
de l'Heloderma suspectum.
LA TÊTE LA TÊTE LA TÊTE LA TÊTE
Crâne, vue basale.
1) Maxillaire,
2) Os palatin,
3) Os ptérygoïdien,
4) Prémaxillaire,
5) Columelle
Représentation schématique du muscle principal du crâne* Mis à nu:
(1) Lobes de la glande à venin,
(2) Trachée de l'heloderma suspectum.
EXTRACTION DU VENIN (Vidéo):
Dessin effectué par Shufeldt en 1890: Glandes à venin avec les canaux à venin

* 1) Muscle adducteur (fermeture de la mâchoire), 2) Muscle dépresseur de la mandibule (Ouverture de la mâchoire), 3) Muscle ptérygoïdien (Fermeture de la mâchoire)

La tête d'un héloderme apparaît massive et ramassée. Au niveau de la tête, les ostéodermes (les écailles) apparaissent fermement soudés au sommet du crâne.

Pour saisir et mordre l'animal se sert de ses muscles adducteurs très puissants, situés en bout de sa mâchoire permettant de briser aisément le crâne des petits mammifères (Observations pers.).

La gueule d'un héloderme est extrêmement extensible. À l'âge adulte, ces animaux peuvent avaler des rats de taille moyenne, des poussins récemment éclos ou des lapins nouveaux nés.

C'est par la trachée que les poumons sont alimentés en air et oxygène. Celle-ci aboutit au centre du palais. La glotte ferme la trachée au niveau de la gueule et ne s'ouvre qu'au moment de l'inspiration et de l'expiration. (Lit. 45).

La pointe de la langue de l'heloderma suspectum est bifide et présente une pigmentation foncée. Très mobile, elle est fixée à l'os lingual et sert, entre autres, au transport de la nourriture, notamment pour boire, avaler et lécher le contenu d'un œuf ou encore pour nettoyer les alentours de la gueule. (Lit. 46).
Les organes olfactifs sont situés dans des cavités spéciales sises au-dessus de la voûte du palais (Organe de Jacobson)
Lorsque l'animal darde avec sa langue bifide, les odeurs sont transmises au cerveau via l'organe de Jacobson pour y être analysées. En fait, l'organe de Jacobson correspond au nez chez les mammifères.

Les narines permettent de respirer lorsque la gueule est close. Le nez n'est pas doué du sens de l'odorat (Lit. 45)!

L'oreille est extérieurement protégée par une membrane. L'héloderme entend très bien – Ainsi, un simple chuchotement à une distance d'un mètre le met en éveil (augmentation du pouls, ouverture des yeux).

L'oeil est formé d'une pupille ronde et de deux paupières mobiles.
L'intrusion inattendue d'un gros objet mobile sera nettement perçue et confirmée par un feulement.




Tête disséquée avec la mâchoire Tête disséquée avec la mâchoire Les cavités dentales chez l'héloderme Dents de remplacement à différents âges
Vue latérale: Tête d'un lézard Gila Tête disséquée avec les deux mâchoires d'un heloderma susp. Mâchoire avec dents, montrant clairement la cavité qui sert au transfert du poison. Dents de remplacement à divers stades de leur développement


Des deux côtés de la mâchoire inférieure se trouvent 3-4 lobes de glandes salivaires transformées en glandes à venin. Acheminé par les canaux à venins de chacun des lobes, le venin le venin passe sur les gencives et dans les cavités dentaires pour se répandre ensuite dans la proie. (Lit. 39). Le venin se distingue par une odeur très caractéristique. Quand cette odeur se manifeste, on peut être sûr que l'héloderme est irrité et qu'il s'apprête à mordre. Le poison représente seulement un moyen de défense qui n'est pas utilisé lors de la prise d'une proie. (Lit. 1).

Toutes les dents de l'Héloderme sont acérées, légèrement inclinées vers l'arrière et munies de fins sillons qui acheminent le venin. La base des dents est plane, irrégulièrement crénelée, obliquement mais fermement ancrée dans la mâchoire (dentition pleurodonte). Il n'y a pas de différence entre incisives et molaires (Lit. 39). Comme la mâchoire supérieure est plus large que l'inférieure, les dents ne se rencontrent pas lorsqu'elles se referment.
Les Hélodermes renouvellent leurs dents tout au long de leur vie (Lit.46).

Le renouvellement des dents se produit en série : Les dents No. 1, 4 et 7 se renouvellent pratiquement en même temps. Ensuite, ce sont les dents No. 2, 5 et 8 qui sont concernées. Si une dent se brise, son renouvellement n'aura lieu que lorsque son tour sera arrivé dans la série décrite ci-dessus. Lors du renouvellement d'une dent, sa base se résorbe et une nouvelle dent, formée, se positionne depuis l'intérieur sur la mâchoire (lingual) (Lit 39, 41, 42). La matière qui constitue la mâchoire épouse le socle de la dent de telle sorte que tous deux s'unissent fermement.

Le squelette

Squelette complet d’Heloderma suspectum
Squelette complet d’Heloderma suspectum



Bonjour, je suis un véritable monstre – Crâne avec membres antérieurs Squelette : vue dorsale Squelette vu de côté (latéral) Radiographie d’Heloderma suspectum, Les ostéodermes forment des points blancs
Bonjour, je suis un véritable monstre – Crâne avec membres antérieurs Squelette : vue dorsale Squelette vu de côté (latéral) Radiographie d’Heloderma suspectum, Les ostéodermes forment des points blancs
Crâne avec mâchoire inférieure droite, les ostéodermes sont reliés avec le crâne Schéma avec vue latérale des os formant le crâne Schéma des os de la mâchoire inférieure Crâne vue dorsale
Crâne avec mâchoire inférieure droite, les ostéodermes sont reliés avec le crâne A: Schéma avec vue latérale des os formant le crâne B: Schéma des os de la mâchoire inférieure
Crâne vue dorsale
A: 1) Maxillaire, 2) Septomaxillaire, 3) Nasal, 4) Prémaxillaire, 5) Basioccipital, 6) Supraoccipital, 7) Préfrontal, 8) Lacrymal, 9) Jugal, 10) Postfrontal, 11) Frontal, 12) Pariétal, 13) Prootic, 14) Carré (quadratum), 15) Sphénoïde, 16) Ectoptérygoïde, 17) Epiptérygoïde

B: 1) Articulaire, 2) Angulaire, 3) Dentaire, 4) Surangulaire, 5) Splénial, 6) Coronoïde, 7) Préarticulaire

Schéma des os du crâne Crâne vu de dessous Crâne avec columelle (Os basioccipital, base de la première vertèbre) Vertèbre dorsale
C: Schéma des os du crâne D: Crâne vu de dessous Crâne avec columelle (Os basioccipital, base de la première vertèbre) Vertèbre dorsale
C: 1) Maxillaire, 2) Septomaxillaire, 3) Nasal, 4) Prémaxillaire, 5) Basioccipital, 6) Supraoccipital, 7) Préfrontal, 8) Lacrymal, 9) Jugal, 10) Postfrontal, 11) Frontal, 12) Pariétal

D: 1) Maxillaire, 2) Os palatin, 3) Os ptérygoïde, 4) Prémaxillaire, 5) Columelle

Vertèbre dorsale voisine Schéma du bassin Structure du bassin Fixation (articulation) du fémur sur le bassin
Vertèbre dorsale voisine E: Schéma du bassin Structure du bassin
Fixation (articulation) du fémur sur le bassin
E: 1) Ilium, 2) Foramen obturé (passage du nerf obturateur), 3) Pubis, 4) Foramen cordiforme, 5) Processus pectineus, 6) Ischium, 7 et 7a) Deux os du Sacrum

Position de l’épaule Base du bras (Humérus) en contact avec l’omoplate Patte avant droite Patte arrière gauche
Position de l’épaule
1) Omoplate (Scapula) et 2) Humérus
Base du bras (Humérus) en contact avec l’omoplate Patte avant droite
1) Avant-bras (Radius), 2) Bras (Humérus), 3) Avant-bras (Ulna)
Patte arrière gauche
1) Tibia, 2) Péroné (Fibula), 3) Fémur

MEMBRES


Les pattes avant de l'heloderma possèdent des muscles puissants et leurs doigts sont équipés de griffes permanentes, acérées. Cela leurs permet de creuser à la recherché de leur proies (oeufs, rats, etc…) et de grimper agilement.

La queue représente environ un quart de la longueur totale du monstre de Gila. Elle est le plus souvent pointue mais, il peut aussi arriver qu'elle soit naturellement plus courte et arrondie. Contrairement à certains autres lézards, sa queue ne peut être séparée volontairement du corps (Autotomie) et ne peut pas repousser. (Lit. 45).

DISPOSITION DES ÉCAILLES

Écailles dorsales d’Heloderma susp Ostéodermes dorsaux Ostéodermes isolés
Écailles dorsales de l'heloderma susp. Chaîne d'ostéodermes formant les écailles dorsales
(après macération de la peau)
Représentations de différents ostéodermes isolés
Écailles ventrales : 1) Nombril, 2) Cloaque Formation des écailles du cloaque Patte de droite avec ses griffes
Écailles du ventre montrant
1) le nombril,
2) le cloaque
Squames des écailles de la région du cloaque. En haut: femelle, en bas: mâle Patte arrière avec ses griffes


Les écailles dorsales de l'héloderme se présentent sous forme de petites bosses rondes (les ostéodermes) qui lui donnent un aspect granuleux (« les perles ») Dans le processus de formation de cette écaille perlée, la pointe apparaît tout d'abord, suivie de la base et du bord. Plus tard diverses couches osseuses se formeront partout. L'ostéoderme se distingue par une construction fibreuse dont la structure s'intègre au sommet de la peau (cutis). Les cellules osseuses sont très ramifiées et constituent un système de canalisation inter communiquant. (Lit. 48). Sur les côtés, les papilles des perles changent d'aspect pour s'allonger dans le sens de la longueur du corps et former des ovales minces. Elles s'aminciront et s'étendront de plus en plus pour gagner les écailles plates et carrées de la partie ventrale qui ne possèdent plus de structures osseuses. Les écailles ventrales de l'héloderme sont plates et rangées parallèlement. L'endroit où le sac vitellin a été absorbé reste marqué pour toujours et présente une irrégularité reconnaissable dans l'ordonnance des écailles (« ombilic ventral »).

Situées sur le dos et le ventre de l'animal, des zones colorées allant du brun, noir et rose au jaune, de différentes tailles, lui octroient sa particularité. Dans la zone de la queue on peut aussi observer des anneaux de différentes formes et couleurs semblables (voir Dessins - Marques). Les formes et les couleurs de la peau, tout comme les écailles situées dans la zone du cloaque, ne fournissent aucune indication quant à l'identification du sexe de l'animal.
C'est le plus souvent dans la région du cloaque, avant la ponte des œufs, que commence la mue totale de la peau de l'héloderme femelle. Suivent ensuite le ventre et la face inférieure de la queue. Les peaux des écailles de la région du cloaque agglutinées, sont souvent éliminées ensemble, par « paquets.

Quelques scinques et les crocodiles sont aussi dotés d'ostéodermes.


LES ORGANES INTERNES



LES ORGANES INTERNES
Vue générale d'un lézard disséqué dans la région ventrale



LES ORGANES INTERNES LES ORGANES INTERNES LES ORGANES INTERNES
Partie inférieure du corps ouverte: 1) Dépôt de graisse, 2) Intestin grêle, 3) Vésicule biliairee, 4) Foie, 5) Cœur Vue d'ensemble d'un lézard Gila disséqué au niveau du ventre Poitrine ouverte montrant les poumons, le cœur et le foie
LES ORGANES INTERNES LES ORGANES INTERNES LES ORGANES INTERNES
Monstre de Gila ouvert: 1)  Follicule,
2)  Intestin grêle, 3)  Poumons,
4)  Estomac, 5)  Cœur, 6)  Trachée
Monstre de Gila disséqué : 1) Rein, 2) Ovaires; Monstre de Gila disséqué : 1)  Reins, 2)  Follicule
LES ORGANES INTERNES LES ORGANES INTERNES LES ORGANES INTERNES
Organes internes isolés:
1) Foie, 2)  Vésicule biliaire, 3)  Coeur, 4)  Poumon (partie), 5)  Estomac,
6)  Intestin grêle, 7)  Gros intestin,
8)  Intestin moyen,
9)  Vésicule biliaire (partie)
Foie isolé avec la vésicule biliaire (en vert) Organes internes isolés:
1) Foie,
2) Vésicule biliaire,
3) Les reins,
4) Les ovaires

Le coeur de nombreux reptiles comporte deux oreillettes, deux artères et seulement un ventricule (ventricule non-divisé). L'aorte de gauche et celle de droite se rejoignent plus avant pour former une aorte dorsale. La grosse veine abdominale passe au centre, à l'intérieur de la cavité abdominale (Lit. 45)

Les poumons des reptiles supérieurs sont séparés de la cavité ventrale (péritoine) par une membrane - le septum post pulmonaire – Intérieurement, les poumons sont très ramifiés et extrêmement dilatables, ce qui contribue à augmenter le volume de la respiration et à en abaisser la fréquence (Lit. 46). D'ailleurs, en cas de danger, l'animal exploite cette propriété de pouvoir fortement enfler ses poumons afin de paraître plus imposant, plus volumineux. Confrontés à des situations hostiles, les lézards perlés grognent (Lit. 51), par exemple en cas de jalousie, de menace, de peur, de rivalité (combat !) par exemple pour défendre une femelle contre un rival malvenu. Ce qui commence par des grognements est éventuellement suivi par des sifflements différemment rythmés. Et ceci, réciproquement (observation personnelle)

Comme source d'énergie, en période de "disette" ou pendant son hibernation, l'animal fait appel à la graisse stockée dans la région rénale, dans la cavité ventrale et dans la queue. (Lit. 46)

Le système gastro-intestinal est assez simple. Il consiste en un œsophage assez court aboutissant dans un estomac de forme tubulaire communiquant avec un intestin grêle et un gros intestin qui, ensemble, mesurent quelque 20 cm. (Lit. 46).

Les reins se trouvent à proximité du cloaque. Contrairement aux mammifères, il leur manque les structures pyramidales (bassin rénal et anse de Henlé), dans lesquels l'urine peut se concentrer. L'azote n'est pas éliminé sous forme d'urée, mais sous forme d'acide urique difficilement soluble et osmotiquement pratiquement neutre. Depuis la vessie, l'eau ne peut être que partiellement résorbée. (Lit. 45).
L'urée est éliminée par le cloaque, en même temps que la nourriture digérée sous forme de grumeaux blancs d'acide urique. Contrairement à ce qu'on croit souvent, l'urine n'est pas éliminée par les hémipénis. Ceux-ci servent „uniquement“ pour la transmission du sperme lors de la copulation.

Le foie des reptiles assure un travail de synthèse semblable à celui du foie d'un mammifère. Il produit aussi les protéines nécessaires au système immunitaire et à l'élaboration de structures corporelles. Il métabolise les sucres et par exemple, la vitamine D2 (Ergocalciferol) est transformée en vitamine D3 nécessaire à la constitution des os.

La vésicule biliaire emmagasine les sécrétions biliaires qui, entre autres, permettent la digestion des graisses dans l'intestin. Les produits de dégradation du métabolisme, difficilement solubles dans l'eau et éliminables par les reins, sont éliminés par la vésicule biliaire.

La disposition et la fonction des organes sexuels sont décrits dans le chapitre Reproduction

Vous pouvez trouver des informations complémentaires et différenciées par exemple sous „ Anatomie pour la médecine animale “ ou dans le chapitre 14 de l' „ Anatomie des reptiles“ (Lit. 45).



PROBLÈMES D'ÉCLOSION – MALFORMATIONS


PROBLÈMES D'ÉCLOSION – MALFORMATIONS PROBLÈMES D'ÉCLOSION – MALFORMATIONS PROBLÈMES D'ÉCLOSION – MALFORMATIONS
Malformation : Sac vitellin qui ne se résorbe pas Malformation:
1) Déformation de la queue,
2) Déformation dorsale,
3) Coquille d'œuf,
4) Sac vitellin,
5) Difformité du sac vitellin
Dimensions du sac vitellin, liquide vitellin tourné dans l'abdomen
PROBLÈMES D'ÉCLOSION – MALFORMATIONS PROBLÈMES D'ÉCLOSION – MALFORMATIONS PROBLÈMES D'ÉCLOSION – MALFORMATIONS
Membrane du sac vitellin sclérosée extérieurement 1) Sac vitellin isolé
2) Membrane du sac vitellin,
3) Poumon
Héloderma prêt à éclore avec le vitellus coagulé dans le sac vitellin


Les images démontrent l'impressionnante taille du sac vitellin résorbé dans le corps. Cet exemple illustre un développement anormal provoqué par une sclérose de la membrane du sac vitellin avec coagulation du vitellus bloquant sa résorption complète. Coincé, l'animal ne peut pratiquement pas bouger ou utiliser la « dent d'œuf » (diamant). Les poumons ne peuvent pas se développer car le sac vitellin ne leur laisse pas la place pour ce faire.

PROBLÈMES D'ÉCLOSION – MALFORMATIONS PROBLÈMES D'ÉCLOSION – MALFORMATIONS PROBLÈMES D'ÉCLOSION – MALFORMATIONS
Après l'éclosion, reste d'un "sac vitellin durci" ligaturé. Le même animal, normalement développé, (après environ 5 mois) Héloderme: éclosion d'un œuf coloré

Les animaux qui, après avoir entaillé la coquille, ont besoin de plus de 48 heures pour éclore doivent être extraits de l'œuf avec précautions. Dans ce cas, il y a souvent un problème avec la résorption du sac vitellin et cette opération peut être salvatrice pour l'animal. Un sac vitellin qui n'est pas complètement résorbé, devrait être directement ligaturé à la sortie avec du fil dentaire ou avec du fil chirurgical non résorbable. On coupe la partie externe. Après environ 3 à 4 semaines, le reste est desséché et tombe de lui-même, y inclus avec le fil qui a servi à la ligature. (Observation personnelle)

AVERTISSEMENT

Surtout ne jamais essayer d'incorporer mécaniquement le reste d'un sac vitellin non-résorbé dans la cavité ventrale (ne pas repositionner !): Haut risque d'infection!



Intervention chirurgicale après une rétention d'œufs

Intervention chirurgicale après une rétention d'œufs Intervention chirurgicale après une rétention d'œufs Intervention chirurgicale après une rétention d'œufs Intervention chirurgicale après une rétention d'œufs
Intervention chirurgicale après une rétention d'œufs Intervention chirurgicale après une rétention d'œufs Intervention chirurgicale après une rétention d'œufs Intervention chirurgicale après une rétention d'œufs


EXEMPLES DE MALADIE

EXEMPLES DE MALADIE EXEMPLES DE MALADIE EXEMPLES DE MALADIE
Rétention d’oeuf (spécialement surdimensionné) Follicule modifié suite à une infection Infection fongique de l'estomac et de l'intestin grêle


Je remercie:

Le docteur en médicine-vétérinaire Henry Brames (de Dachau) pour la dissection de plusieurs animaux et pour la mise à disposition d'une sélection de photos suite à ces examens.
Préparation du squelette avec photo du résultat et de détails choisis par Dr. med. Vet. Alexandra Laube (Seligenstadt)
Monsieur Jens Sievert (de Berlin) pour son soutien enthousiaste dans la recherche de documentation sur l' "Anatomie".
Monsieur Bernd Eidenmüller (de Francfort/Main) pour la mise à disposition d'Heloderma suspectum adultes morts.



heloderma.net