Home
NOUVEAU AccueilCurriculum VitaeLe veninMorsure et traitementSoins après morsureCentres anti-poisonRépartitionÉcologieDessins-MarquesDétermination du sexeDétentionReproductionÉlevageAnatomie - MorphologieGalerieBibliographieAppendiceLivre d'orContactLiensAvertissements

deutsch english español français italiana руссий, russian


Appendice

Appendice

GRUMBACH-Incubator (Mod. BS 300) mit zahlreichen Gelegen

Incubateur GRUMBACH (Mod. BS 420) avec plusieurs pontes.

Liens de parenté entre les reptiles:
Les Helodermes sont de proches parents de nos Orvets !


Liens de parenté entre les reptiles

Source: N. Vidal, S.B. Hedges / C. R. Biologies 328 (2005) 1000 - 1008 (Biblio. 36)

Bartagame (pogona spec.) Dornschwanzagame

De venimeux animaux de compagnie


Découvertes surprenantes de protéines chez de ''paisibles'' lézards


Beaucoup d'Iguanidés, d'Agamidés, et de Varanidés de notre planète sont considérés comme animaux domestiques, certains sont apprivoisés et détenus sans problèmes comme camarades de jeux. Cependant ces animaux à écailles ne sont pas si inoffensifs que cela selon l'avis de spécialistes des reptiles. En effet un grand nombre de ces lézards produit, tout comme les serpents, une combinaison de différents venins qui ressemble étonnamment à celle de leurs cousins apodes, ce qui ébranle une vieille idée que les propriétaires d'un terrarium se faisaient de ces animaux de compagnie aimant la chaleur. L'ensemble de la taxonomie et de l'arbre généalogique des reptiles est confronté à un changement radical. Responsables sont les récentes publications de l'équipe du toxicologue australien Bryan G. Fry de l'Université de Melbourne/Parkville qui a analysé la salive et l'anatomie d'un grand nombre de Varanidés et d'Iguanidés, à la recherche de protéines spécifiques aux venins.

Jusqu'à présent cela n'a pu être observé que chez les serpents et chez deux lézards très proches: des Hélodermes comme le Monstre de Gila, qui produisent un cocktail de venins dans des glandes spécifiques se situant dans la mâchoire inférieure, dangereux pour l'Homme et provoquant des œdèmes, des hémorragies, des problèmes respiratoires, des douleurs musculaires et d'autres symptômes encore que l'on peut également observer lors de morsures de Varanidés et traditionnellement attribués à la salive infectée par des germes. Une conclusion erronée comme cela est dorénavant avéré. Dans la version Online de la revue ''Nature'', Fry et ses collaborateurs nous informent brièvement qu'il a été découvert dans de petites glandes situées dans la mâchoire supérieure et inférieure de Varanidés et d'Iguanidés, pas moins de 9 combinaisons de protéines toxiques. Parmi elles 7 que l'on supposait exclusives aux serpents venimeux, dont le ''facteur toxique du Cobra'' ou vesprine, et qui sont produites par des glandes à venin spéciales situées dans la mâchoire supérieure et injectées par des crochets à venin. Dans la mâchoire inférieure des Varanidés on a trouvé du phospholipase A2 qui était considéré jusqu'à présent comme étant une substance exclusive du Monstre de Gila et des Hélodermes. Cette découverte rapproche les Varanidés de ces 2 lézards venimeux.

Les liens de parenté entre les lézards et les serpents venimeux se sont encore resserrés plus étroitement lors de la découverte d'une protéine chez le Varan bigarré, Varanus varius: ce dernier produit de la crotamine, une protéine toxique caractéristique des Crotales. Lors d'expériences réalisées sur des rats, il s'est avéré que la salive du Varan bigarré anesthésiait rapidement les rongeurs et abaissait brutalement leur tension artérielle. Le venin de cet imposant reptile est produit par des glandes bien formées situées dans le mâchoire inférieure et supérieure. Chez le Pogona géant (Pogona barbata) un lézard épineux de l'Est de l'Australie, particulièrement apprécié pour sa docilité en terrarium, la production du venin est répartie par des glandes visiblement plus primitives et plus petites situées dans les mâchoires. Les Pogonas tout comme les Hélodermes et le Monstre de Gila pourraient être les ancêtres les plus proches de tous les serpents et lézards. Selon des comparaisons paléontologiques les chercheurs sont arrivés à la conclusion que la formation des glandes à venin a débuté chez les reptiles il y a environ 200 millions d'années, donc 100 millions d'années avant ce qui était supposé jusqu'alors.

La famille des animaux rampants à écailles venimeux serait, après la publication des résultats des chercheurs australiens, même en augmentation: tout juste 58%, soit 4900 des 7900 espèces de reptiles ont des liens avec les Serpents, les Iguanidés, les Agamidés, les Varanidés et les Hélodermes. La majorité d'entre eux est sans danger pour l'Homme, mais il en est tout autrement pour les petits animaux de proie lors de la chasse.

Joachim Müller-Jung
Source: Frankfurter Allgemeine Zeitung du 04.06.2006

Note de l'auteur du Site: l'EXENATIDE est un composant du VENIN d'Heloderma suspectum (comparaison Biblio. 1)

Ce monstre doit aider les diabétiques

Gila-Krustenechse im HabitatL'année prochaine un nouveau médicament pour diabétiques sera autorisé. Il a été conçu à base de salive du monstre de Gila.

Ecrit par BERND SCHWEDHELM

Il est à peine long d'un demi-mètre, des taches noir-orange couvrent son corps squameux et sa morsure est extrêmement douloureuse, cet animal qu'on aimerait ne pas rencontrer dans les déserts du sud des États-Unis est le monstre de Gila.
Et pourtant son corps contient quelque chose qui soulagera beaucoup de personnes: de l'albumine dans la salive.

L'exendine-4) elle peut aider les diabétiques à contrôler leur taux de sucre dans le sang.
Un médicament qui en est issu (l'Exénatide) devrait être autorisé l'année prochaine en Allemagne.

'' l'exénatide sera utilisé dans les cas de diabète de type 2'' déclare le Professeur Michaël Nauck du Centre diabétique de Bad Lauderberg.
Dans ce type de diabète trop peu d'insuline est produite par le corps ou n'agit plus correctement. Ce qui entraine une augmentation de sucre dans le sang.

Cela peut amener un état de faiblesse et une grande soif. Fréquemment cette maladie dont souffrent des millions d'allemands n'est décelé qu'après des années. C'est alors qu'il y a risque d'infarctus, d'apoplexie ou d'insuffisance rénale. '' Au début de la thérapie les patients souffrant d'obésité devront perdre du poids par des exercices physiques et une alimentation appropriée'', nous dit l'expérimenté professeur Nauck. Le taux de sucre dans le sang pourra ainsi être en partie normalisé, particulièrement au début de la maladie. Si cela ne suffisait pas des médicaments devront être administrés (généralement et en premier lieu de la metformine). Dans le cas où cela s'avérerait insuffisant il faudra au patient des injections d'insuline. Une thérapie efficace mais contraignante. L'insuline abaissera le taux de sucre en tous cas. Si l'injection de ce médicament était encore insuffisant il y aurait alors danger d'hypoglycémie.

Ici l'action de l'exénatide est différente: elle agit avec la prise de nourriture. '' une prise de nourriture provoque une sécrétion d'insuline par le pancréas. Cette sécrétion est accompagnée par certaines hormones gastro-intestinales nommées incrétines. ''Des scientifiques allemands furent prédominants lors de l'étude de ce mécanisme'' nous dit le professeur Nauck. Ils reconnurent: si nous arrivons à imiter l'action des incrétines par un médicament, alors ce remède n'agira que lorsque le taux de sucre sera trop élevé. Et c'est là que le monstre de Gila entre en scène: le spécialiste new-yorkais des hormones le docteur John Eng a analysé la salive du monstre de Gila. Sa seule déclaration fut: '' jusqu'à présent cette analyse ne fut jamais effectuée''. Et il trouva dans la salive de l'animal une hormone très approchante des incrétines humaines. Des milliers d'essais furent effectués en laboratoires sur des animaux et finalement des tests cliniques furent réalisés. Entre temps l'exénatide est autorisée aux États-Unis, le laboratoire Lilly attend une autorisation pour l'Allemagne pour le premier semestre 2007.

Le médicament, que l'on s'injecte journellement sous la peau, est sans effets secondaires, néanmoins '' dans les premiers jours du traitement quelques patients se plaignent de nausées, mais cela n'est que passager'' nous dit le professeur Nauck. Ce spécialiste est convaincu que le ''médicament du lézard'' n'est que le premier d'une longue liste de nouveaux médicaments qui rendront la vie des diabétiques moins contraignante. ''La recherche avance à grands pas. Beaucoup d'autres médicaments arriveront sur le marché dans les années à venir''.

Source: Bild am Sonntag du 12.11.06


heloderma.net