Home
NOUVEAU AccueilCurriculum VitaeLe veninMorsure et traitementSoins après morsureCentres anti-poisonRépartitionÉcologieDessins-MarquesDétermination du sexeDétentionReproductionÉlevageAnatomie - MorphologieGalerieBibliographieAppendiceLivre d'orContactLiensAvertissements

deutsch english español français italiana руссий, russian


Écologie

Écologie

Start image - cliquez ici
Une groupe de jeunes Heloderma suspectum
Les monstres de Gila vivent sur notre planète Terre depuis environ 100 millions d'années. Des découvertes de crânes et ossements datant de cette période attestent de leur présence aux États-Unis, en Europe et en Asie (Biblio.6,7) On pourrait les désigner comme des fossiles vivants. Ils n'ont pas eu à disparaître comme tant d'autres nombreuses espèces, ils ont su d'adapter de façon remarquable à leur environnement. Leur stratégie de survie est de ce fait très impressionnante.
  1. La nourriture

    A l'état sauvage trois à quatre bons repas, au Printemps, suffisent aux Heloderma pour toute l'année (Biblio.8). Les monstres de Gila possèdent une excellente mémoire et un remarquable odorat pour repérer leurs proies (Biblio.9). De perpétuels mouvements de leur langue bifide leur permettent de localiser leur proie. Ils perçoivent également les bruits les plus faibles. On s'interroge quant à leur capacité d'identifier et de localiser leurs proies, jeunes souris, rats, lapins ou oiseaux, grâce aux cris ou sifflements qu'ils émettent.

  2. La thermorégulation

    Les monstres de Gila sont des animaux ectothermes dont la température corporelle varie en fonction de la température de leur milieu de vie (biotope). Ceci est absolument nécessaire à leur bien-être (croissance, digestion, reproduction, etc.). Ils sont en évolution permanente et s'appliquent à tout moment à choisir la température idéale. Ils sont reconnus comme étant les reptiles avec le plus grand rendement énergétique. L'absorption d'environ 90%, sous forme d'énergie, de leur proie en est un exemple (Biblio.10). Les Heloderma ont la capacité de survivre dans les déserts et dans les environnements les plus pauvres. Afin de se protéger de la déperdition d'eau, dont la plus grande partie se fait par leur cloaque (Biblio.11), ces reptiles passent 90% de leur vie sous terre dans le sable ou dans des cavités rocheuses. Jusqu'au début d'été ils changent d'abri tous les 4 ou 5 jours, toujours à la recherche d'un microhabitat avec un microclimat approprié (Biblio.12). Durant les périodes les plus chaudes, l'Heloderma peut rester plusieurs semaines dans le même abri.

    Avec une température corporelle de 24°-34°C l'Heloderma part en chasse à la recherche de ses proies. Sa température corporelle idéale se situe autour de 29°-30°C (Biblio.2), les femelles fécondées préfèrent elles une température plus élevée. Ils sont capables de survivre, pendant une courte exposition, à des températures de moins 3,8°C (supercooling limit) ou 44°C (critical thermal maximun) (Biblio.13).

    Quelques exemples de ''quartiers d'été'' d'Heloderma:

    Qui peut bien habiter ici? quartiers d'Eté d'Heloderma Caverne sous un arbre de Creosote Trou de tortues au bord d’un cours d’eau à sec
    Une forteresse de fragments piquants de cactus Cholla quartiers d'Eté d'Heloderma quartiers d'Eté d'Heloderma Au bord de la  rivière




  3. Activités

    Les Heloderma débutent leur hibernation en Octobre, après avoir sensiblement réduit leurs activités depuis début septembre. Il arrive que d'années en années ils hibernent dans le même abri, et souvent cela les oblige à un long voyage. Les lézards hibernent à une température de 9°-15°C (variable selon l'abri choisi).

    Fin mars ils réapparaissent à nouveau pour se prélasser de longues heures sous le chaud soleil matinal afin de se préparer pour leur nouveau cycle d'activité.

    Les monstres de Gila sont très actifs d'avril à début juin, particulièrement en fin de matinée. C'est également la période d'accouplement. Lorsqu'ils sont à la recherche de nourriture (Biblio.1) ils se déplacent en moyenne de 250 mètres dans l'heure. Durant les mois d'été leur activité est très réduite et se déroule selon les conditions météorologiques. Pendant la période de la mousson nord-américaine (fin juillet à fin août) leurs activités sont surtout nocturnes (Biblio.14,15). Le fait qu'ils devenaient très actifs peu avant le début de la mousson était de bon augure pour les autochtones indiens nostalgiques des pluies d'´été.

  4. Températures annuelles moyennes dans certaines villes d'ARIZONA et du NEVADA, zone de répartition de prédilection d'Heloderma suspectum.

    Las Vegas
    Kingman
    Phoenix
    Bisbee

    Pour d'autres localités cliquez ici www.wunderground.com

  5. Précipitations moyennes dans certaines villes d'ARIZONA et du NEVADA

    Las Vegas
    Kingman
    Phoenix
    Bisbee

    Pour d'autres localités cliquez ici www.wunderground.com

    Ces indications de température et de pluviosité sont intéressantes du point de vue de l'activité terrestre des Heloderma. Mais on ne peut en tirer aucune conclusion concernant leur activité souterraine dans le microclimat de leurs abris ou lieux de pontes.

  6. Les ennemis

    Dans la nature, leur durée de vie dépasse les 20 ans (Biblio.1). Leurs ennemis naturels sont les oiseaux de proie, les coyotes, les serpents et certains animaux domestiques. Mais le grand ennemi est l'homme à cause des profonds boulversements du biotope provoqués par le développement de l'urbanisation (Biblio.16,17). La construction des routes réduit leur espace vitale et annuellement un grand nombre d'entre eux sont écrasés.


    Bouleversement du biotope aux environs d'Anthem, AZ Coyote Oiseau de proie Serpent (ici: Lampropeltis get.)
     width= Vidéo
    Bouleversement du biotope
    aux environs d'Anthem, AZ
    Coyote Oiseau de proie Serpent
    (ici: Lampropeltis get.)

heloderma.net