Home
NOUVEAU AccueilCurriculum VitaeLe veninMorsure et traitementSoins après morsureCentres anti-poisonRépartitionÉcologieDessins-MarquesDétermination du sexeDétentionReproductionÉlevageAnatomie - MorphologieGalerieBibliographieAppendiceLivre d'orContactLiensAvertissements

deutsch english español français italiana руссий, russian


La morsure

La morsure

Tableau 7: Cas de morsures révélés dans des ouvrages scientifiques depuis 1950

CAS N° CIRCONSTANCES
(toutes dûes à des manipulations imprudentes).
EMPLACEMENT DE LA MORSURE BIBLIOGRAPHIE

1

En captivitéµ

Doigt

Shannon 1953

2

En captivité

Doigt

Shannon 1953

3

Lors d'une présentation

Doigt

Tinkham 1956

4

Lors d'une présentation

Pouce

Grant et Henderson 1957

5

Lors d'une présentation

Doigt

Albritton et al. 1970

6

Lors d'une présentation

Doigt

Stahnke et al.1970

7

En captivité

Main

Roller 1977

8

En captivité

Ventre

Heitschel 1986

9

Lors d'une capture dans la nature

Avant-bras

Piacentine et al. 1986

10

En captivité

Main

Streiffer 1986

11

Lors d'une capture dans la nature

Avant-bras

Bou-Abboud et Kardassakis 1988 et Preston 1989

12

Capture temporaire

Mollet

Caravati et Hartsell 1994

13

Lors d'une capture dans la nature

Pouce

Caravati et Hartsell 1994

14

En captivité

Épaule

Caravati et Hartsell 1994

15

Lors d'une capture dans la nature

Bras

Caravati et Hartsell 1994

16

En captivité

Doigt

Strimple et al. 1997

17

En captivité

Main

Cantrell 2003

L'échantillon des cas de morsures dans les tableaux 7 et 8 est très instructif. La majorité des morsures se situent aux mains ou aux doigts et sont provoquées par des Monstres de Gila détenus en captivité. Ces morsures suscitent généralement de fortes douleurs et des gonflements localisés et déclenchent plus rarement de sérieux désagréments comme une baisse de la tension artérielle, des problèmes cardiaques, de circulation sanguine ou un état de choc. Toutes les morsures résultent de la manipulation imprudente d'Heloderma; certaines ont eut lieu lors expositions ou durant des conférences. Parmi ces derniers cas il arriva que l'alcool était de la partie.

Basé sur les analyses de l'historique des morsures de Bogert et Martin del Campo (1956), Russel et Bogert (1981), d'un nouveau recensement des cas de morsures ainsi que sur mes connaissances d'une trentaine de morsures officieuses, il apparaît que les symptômes chez l'Homme après une morsure venimeuse sont sensiblement identiques à ceux que l'on peut observer chez d'autres animaux à sang chaud. Les symptômes se manifestent par la douleur, un gonflement localisé, une perte de connaissance ou une sensation de vertige. La plaie peut saigner abondamment, non pas par l'action du venin mais par la déchirure de la chair due aux dents et aux mouvements masticatoires.

La très forte douleur intervient généralement peu de minutes après la morsure et peut durer quelques heures. On la décrit comme une sensation de brûlure, pareille à une épine plantée dans la chair. La douleur peut se propager loin de la morsure. Une personne mordue dans le bras peut la ressentir jusque dans la main et l'épaule. L'œdème (gonflement) peut, en quelques minutes, s'étendre à une certaine distance de la morsure.

Un deuxième groupe de symptômes relativement plus fréquents comporte: une baisse de la tension artérielle, une sudation importante, une augmentation des pulsations et des vomissements. La chimie sanguine se transforme lors de morsures de gravité moyenne: augmentation des globules blancs (leucocytes), diminution du taux de potassium et abaissement des plaquettes (thrombocytes). On ne sait pas , ou très peu de choses, si une personne mordue une seconde fois est sensibilisée et provoque une réaction allergique au poison. Les cas les plus graves résultent de morsures dans la région du cœur ou dans le ventre, l'épaule, le mollet ou l'avant-bras. Les cas les plus graves provoquent une chute extrême de la tension artérielle accompagnée d'un choc anaphylactique pouvant engager le procédé vital, perturbation de la coagulation sanguine, infarctus aigu, accompagné de diarrhées et de somnolence (léthargie).

Tableau 8: manifestations/symptômes et leurs fréquences

SYMPTÔMES POURCENTAGE (%) DES CAS MORSURES (abordées dans le tableau 7)

Douleur 82 1-3,5-8,10-13,15-17
Gonflement localisé (Œdème) 82 1-7,9-11,13,15-17
Fatigue, évanouissement, vertiges 65 1,3,4,6,8,11-13,-15-17
Nausées 65 2,3,5-8,10,12,14,16-17
Chute de la tension artérielle 47 6,8-14
Transpiration importante (Diaphorèse) 47 4,8-11,13,16-17
Accélération du rythme cardiaque (Tachycardie) 35 5,8,11,12,14,15
Vomissements 35 3,5,10,12,14,17
Augmentation des globules blancs 29 6,8,11,12, 17
Hypersensibilité autour de la plaie 24 1,2,12,16
Chute du taux de potassium dans le sang 18 8,9,11
Baisse des plaquettes (Thrombocytes) 18 8,11,17
Bleuissement de la zone de morsure (Cyanoses) 13 3,8
Réactions cardiaques anormales 12 7,11
Ganglions lymphatiques gonflés ou douloureux 12 10,11
Inertie (Léthargie) 12 8,14
État de choc (Anaphylaxie) 6 à 12 9,17?
Diarrhée 6 8
Acouphènes (Tinnitus) 6 2
Larmoiements 6 8
Chute de la température corporelle 6 12
Rétrécissement pupillaires (Myosis) 6 14

Ces descriptions démontrent les puissants effets sur le métabolisme par la kallicréine-similaire et la bioactivité des peptides contenus dans le venin des Heloderma. Dans un des cas de morsures sérieux, une jeune femme avait caché un monstre de Gila sous sa veste et se rendit dans un café. Le monstre lui mordit le ventre. Ses cris de douleur alertèrent le cafetier et son ami la délivra du monstre en lui tranchant la tête. A son arrivée à l'hôpital la jeune femme avait presque perdu tous ses moyens, souffrait énormément, vomissait continuellement et avait de la diarrhée. Elle resta 36 heures en réanimation. Ce cas est remarquable car la jeune femme présentait la symptomatique du choléra pancréatique (VIP- vasoactive intestinal polypeptide) provoqué par une tumeur (syndrome WDHA) secrétant du polypeptide intestinal vasoactif.

Fin de la traduction

Copyright by University of California Press
soins apres morsure

heloderma.net